Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Saint-Cyprien à la veille des municipales 2020 … l’Imposture Del Poso ... Au commencement ...

Publié le par pugnace

Nous l’affirmons ! La ville captive du maire et de son clan s’enfonce dans un marasme moral et financier. Dix années d’observation de la gestion Del Poso révèlent cet affligeant constat. Pour que les électeurs votent en connaissance de cause, nous les invitons à s’informer par la lecture du livre témoignage La mort en sourdine d’Isabelle Jouandet, paru le 22 février 2019.

Chacun peut s’informer avant le vote. Chacun est ainsi responsable de son choix : voulez-vous pérenniser la déchéance de notre collectivité ?

Nous publierons périodiquement sur ce blog des extraits de ce livre témoignage dont la véracité des faits établis à partir d’éléments authentifiables  - archives officielles, communiqués et récits de presse, enregistrements audio et vidéo – n’a pas donné lieu à contestation. Aucune plainte en diffamation n’a été déposée à l’encontre de son auteur par le maire ou les autres personnes citées.

Trois temps pour dire …

L’imposture de l’élection de Thierry Del Poso

 

Au commencement ...

Au commencement ...

Chapitre 1 - Tempête sur la ville ...

Chapitre 1 - Tempête sur la ville ...

Chapitre 2 - L'éclipse ...

Chapitre 2 - L'éclipse ...

AU PREMIER TEMPS

L'ENGRENAGE

Un mairisme chasse l'autre

 

Dans l'ombre de la justice

Chapitre 3 - Le rôle caché du dénonciateur Thierry Del Poso ...

Chapitre 3 - Le rôle caché du dénonciateur Thierry Del Poso ...

Quelques extraits ....

Chapitre 3

Dans l’ombre de la justice

Au fil du temps, nous allons découvrir comment le courageux "Monsieur Propre" s’est approprié la ville, a colonisé ses structures et verrouillé ses réseaux d’obligés. Nous allons comprendre les raisons de l’omnipotence de son pouvoir et de l’impunité de ses abus. La tolérance des erreurs et des fautes qui jalonnent l’ère Del Poso plonge ses racines dans les ratés judiciaires de l’affaire Bouille dont il est l’un des acteurs clefs. La face cachée de ce petit Machiavel local est dévoilée lors du procès Bouille qui aura lieu six ans après sa première élection. On connaissait ses tracts électoraux, son cinéma dans le musée. On le découvre en dénonciateur de l'ombre mais averti. Dans le jargon policier, on parle de "balance".

Thierry Del Poso ne s’est pas contenté de dénoncer publiquement l’absence d’exposition de certaines œuvres d’art dans les musées de la ville lors de la précédente campagne électorale de 2008. En 2015, l'avocat de l'ex directeur général des services de Saint-Cyprien pose ainsi la question lors de l’audience au procès : « le point de départ de tout cela ce n'est pas Gavat. Ce n'est pas Jacquinot. C'est Thierry Del Poso. Parce que Bouille lui a foutu une raclée en 2008. Quand Iznogoud veut prendre la place du Vizir, quand l'urne ne suffit pas et qu'il faut trouver autre chose, le malheureux opposant, qui n'a jamais attaqué aucune délibération, dénonce et balance. »

De fait, c'est bien l'avocat Del Poso qui a livré l'info accusatrice. Il a relancé et alimenté le dossier judiciaire ouvert suite à un signalement TRACFIN de 2007 sur des opérations bancaires douteuses des comptes des époux Bouille. Et Thierry Del Poso n'a pas déposé plainte en bonne et due forme comme on peut l'attendre d'un responsable politique, juriste de surcroît. Lors de l’élection municipale de mars 2008, l’enquête préliminaire n’a pas abouti à l’élimination de Jacques Bouille dont la réélection paraît acquise. Maître Del Poso, avocat au barreau de Perpignan, conseiller municipal d’opposition et candidat à l’élection, adresse à la veille du scrutin une lettre de dénonciation au Procureur de la République en y joignant le constat d’huissier brandi durant sa campagne. Sans doute a-t-il jugé que l’impact de son coup médiatique sur les œuvres d’art serait insuffisant à lui assurer la victoire. Dans ce courrier daté du 7 mars 2008, le candidat avocat s’étonne "qu’aucune des œuvres acquises par la ville en 2007 (soit environ 2.2 millions d’euros) ne se trouvait dans les musées ni ailleurs, personne n’étant en mesure d’indiquer à l’huissier instrumentaire où il pouvait les trouver (…) je me permets de vous dénoncer le présent constat d’huissier à toutes fins utiles." A réception de ce courrier déposé par Thierry Del Poso, le Procureur de la République fait ouvrir le 13 mars 2008 une enquête préliminaire pour « détournement de fonds publics. » Ce sera le commencement de la fin pour Jacques Bouille.

Thierry Del Poso se garde bien cependant de rendre publique sa démarche auprès de l’autorité judiciaire. Sa lettre de dénonciation sous en-tête professionnelle ne relève ni d’une plainte officielle, ni même d’un signalement à l’autorité au titre de l’article 40 du Code de Procédure pénale. Entendu au lendemain de l’élection de Jacques Bouille par le service enquêteur, l’avocat délateur précisera même ne pas avoir de plainte à déposer. Il en sera de même six mois plus tard lors de deux autres auditions au cours desquelles Thierry Del Poso abordera, outre les œuvres d’art, d’autres motifs de suspicions …..

(…)

« A trop charger la mule, on finit par la tuer.» Thierry Del Poso et ses comparses font leur ce proverbe pour provoquer la mort politique de Jacques Bouille. La stratégie consiste à alimenter l’enquête par les dépositions de Thierry Del Poso relayées par certains de ses proches qui dénoncent « spontanément » à leur tour des faits délictueux mêlant réalités et rumeurs auprès des services de police judiciaire. Cette duplicité apparaît nettement dans le volet d’enquête sur les œuvres d’art ….

(…)

Comble du cynisme et de la perfidie, l’ambitieux postulant au siège de maire s’emploie à masquer son rôle dans l’affaire avant même qu’elle n’ait tourné à la tragédie avec le suicide de Jacques Bouille. Dès février 2009, il indique, angéliquement, dans une interview donnée à la journaliste de  "l’Indépendant", Corinne Sabouraud :

« Nous avons été surpris et moi le premier par l’ampleur (…) on ne pensait pas qu’il pouvait y avoir un mode de fonctionnement organisé et un mode de corruption quasi systématique. » Et d’insister dans sa déclaration diffusée par la radio France Bleue Roussillon, « mon médecin, un ami, (...) d'ici à en être le tombeur (de Jacques Bouille), c'est un honneur et une responsabilité qui ne m'incombent pas.» Ses déclarations confrontées aux dates de ses dénonciations (mars et octobre 2008) révèlent la charge de sa tartuferie. La fin tragique de Jacques Bouille lui permet désormais d’asséner ses contre-vérités sans risque d’être contredit ….

(…)

A présent, il ne s’agit plus seulement de ménager les anciens partisans de Jacques Bouille mais il convient de ne pas éveiller les soupçons sur les raisons de la clémence actuelle du Parquet à son égard. Car Thierry Del Poso se trouve lui-même mis en cause dès 2010/2011 dans des plaintes pénales dont le traitement singulier fait aujourd’hui encore l’objet d’un feuilleton judiciaire rocambolesque.  Notre Tartufe cache, contourne, déforme la vérité en toute sérénité. Adepte indécrottable de la culture moderne du mensonge en politique, il fonde son accession et son maintien au pouvoir sur la tromperie récurrente de l’opinion publique. Plus grave, son imposture apparaît dès ses premiers pas en politique avec l’orchestration de sa manipulation des enquêteurs. Nous n’avons découvert la face cachée du personnage, et de ses actes, qu’au fil des années. Aussi nous a-t-il fallu du temps pour comprendre combien son rôle trouble dans l’affaire Bouille pèse aujourd’hui encore sur la gestion toujours déviante de la ville.

En effet, Thierry Del Poso ne s’est pas contenté de tromper l’opinion publique sur son acte de délation. Il œuvre activement au cœur même de l’enquête. ….

(…)

Pour résumer, le sentiment global est affligeant : d’évidence, Saint-Cyprien reste au centre de jeux de pouvoirs, flics, justice, politique. Ces jeux de pouvoirs ont dérapé au fil de manipulations d’acteurs habiles et ambitieux. Etrangement, Thierry Del Poso, qui n’a pas ménagé sa peine pour dénoncer auprès de la justice le système Bouille n’a jamais été cité à comparaître lors du procès… Aujourd’hui, les uns restent empêtrés dans leurs fautes passées, les autres sont encouragés de fait dans la poursuite de leur carrière ! Le constat s’impose : l’élection de Thierry Del Poso repose sur la révélation publique d’un scandale municipal rendu possible par le laisser faire collectif. Dans ce contexte, Thierry Del Poso est arrivé au pouvoir grâce à la promesse d’exemplarité et de renouvellement des mœurs politiques locales qu’il portait. Cette espérance initiale n’a pas été trompeuse longtemps. Nous concernant, elle s’est prolongée d’une illusion, celle de la supériorité de la loi, de la morale publique et de la volonté collective d’empêcher une récidive de l’histoire. Pourtant … nous allons tomber de Charybde en Scylla …

 

 

A SUIVRE …

 

 

 

 

 

Commenter cet article