Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Elections municipales … Du monde animal à la société des hommes … Sourions un peu

Publié le par pugnace

Sous le titre, La démocratie est-elle une invention humaine ?, le dernier numéro du magazine Sciences et Vie nous fait découvrir la pratique démocratique animale (1). Un retour aux sources démocratiques par une approche éthologique de la politique qui nous questionne sur nos propres mœurs collectives.

La démocratie, une pratique toute naturelle ...

La démocratie, une pratique toute naturelle ...

La Fontaine en aurait fait une fable légère et profonde, Brassens un malicieux clin d’œil sur sa guitare. Très prosaïquement et sans musique, transcrivons pour Saint-Cyprien :

Notre équipe gouvernante actuelle s’apparenterait au groupe des macaques adeptes du système dictatorial. En témoignent l’absence de tout débat municipal, la suffisance orgueilleuse que donne le pouvoir,  l’opacité et la brutalité dans la prise des décisions. Quant à leurs affiliés ou affidés, leur aveuglement  pourrait les apparenter à la société des lemmings. Le lemming, on le sait, est un rongeur dont la légende dit qu’il est mu, par intermittences, de pulsions collectives suicidaires. Les lemmings courent se jeter du haut des falaises norvégiennes pour se noyer ensemble, rituellement et collectivement. Une attitude suicidaire qui conduit au désastre de leur collectivité. Le comparatif s’impose : il suffit de regarder l’état de nos finances publiques*, la dégradation de notre environnement**, l’appauvrissement de notre patrimoine***, pour envisager une fin de ce genre pour notre ville et ses habitants car le lemming n’entend rien quand il court en troupe se noyer.

Alors, n’y aurait-il que des lemmings à Saint-Cyprien ? Certainement pas !

Mais le flot panurgique de cette minorité en mouvement  entraînera les spectateurs.

Vous êtes pourtant très nombreux à vous intéresser à nos articles. C’est là une constatation très encourageante ! Elle nous permet de vous rappeler que notre appel du 10 septembre est toujours valide et que la noyade n’est pas assurée ! Vous pouvez consulter l’article dans son intégralité sur ce même blog.**** En voici la conclusion sous forme d’appel :

Vous pouvez tout pour St Cyprien en vous engageant dans le débat pour les élections municipales de mars 2020 !

Participez à la mise au point d’une démarche démocratique vraiment nouvelle.

Repensons par exemple le système de désignation : pour ces prochaines élections municipales, toutes les places seront à décider ensemble, y compris la Première. Aucun leader « naturel » ! Tout est ouvert dans une liste vraiment « Mosaïque », liste de convictions sans sectarisme ! Pas de langue de bois ni de consignes partisanes.

Pour participer à nos réunions de rassemblements citoyens, pour repenser ensemble et revoir le « système » qui permet ou favorise les déviances que tous nous subissons, signalez votre disponibilité par message adressé via le formulaire de contact de notre site « SAINT-CYPRIEN MOSAÏQUE » :

http://capespoirmosaique.over-blog.com

Nous vous contacterons le moment venu.

Alors, COURAGE !

(1) Résumé de l’article de « Sciences et vie » (n° d'octobre/novembre 2019) :

La démocratie est-elle une invention humaine ?

Amusez-vous à identifier vous-même dans ce bestiaire les figures locales

 

« A voté ! » Telle est la formule classique prononcée par le préposé du bureau de vote lorsque le citoyen a accompli son devoir électoral ... Nos décisions collectives sont prises selon un système démocratique où chaque avis exprimé est pris en compte. La marque d’un haut degré de civilisation ? Il s’agirait plutôt d’une tendance naturelle, voire animale !

Et de découvrir que la démocratie n’est pas l’apanage des humains mais que des systèmes similaires existent chez les animaux vivant en groupes sociaux. Si Solon et Clisthène, considérés comme les pères de la démocratie, l’ont formalisé dans les sociétés humaines, il est clair pour les spécialistes du comportement animal que des processus semblables existaient bien avant l’apparition d’Homo sapiens !

Il faut dire que pour les animaux sociaux, rester groupés est une question de survie : diminuer en premier lieu le risque de prédation même si cela comporte aussi quelques inconvénients comme la transmission des maladies ou la compétition pour les ressources. L’enjeu individuel, dans la vie en société, c’est de réussir à répondre à ses propres besoins tout en bénéficiant de la présence des autres et des avantages qu’offre la structure du groupe. Oui mais les besoins et motivations peuvent différer selon les membres. Mais selon les éthologues, les rebelles qui tenteraient de ne pas suivre la tendance générale ont tout à y perdre. Certes, il y a des exceptions : chez les étourneaux ou les gnous, la troupe peut se scinder temporairement en deux pour résoudre un conflit et éviter une scission irrémédiable. Mais en général, le mot d’ordre est de rester soudés. Et le meilleur moyen d’y parvenir, c’est la satisfaction de la majorité des individus, précisément le principe du système démocratique.

 Si l’intentionnalité du vote est admise chez certaines espèces, il est plus difficile de la mettre en évidence chez les animaux aux capacités cognitives moins développées. Chez les poissons, la cohésion du groupe semble ainsi résulter d’un mécanisme d’auto-organisation où les individus s’orientent dans la direction la plus populaire par mimétisme. Chez d’autres animaux, comme les lycaons, les zèbres ou les bisons, c’est bien un système démocratique que les éthologues ont observé.

Ainsi les bisons d’Europe votent en s’alignant. Avant de changer de lieu, les bisons d’Europe adoptent un comportement subtil. Progressivement, ceux qui étaient allongés se mettent à brouter. Certains s’orientent dans une direction, d’autres dans une autre. Au bout d’un moment, ils forment des lignes indiquant les directions souhaitées. Jusqu’à ce que la ligne la plus longue se distingue et qu’un individu initie le mouvement. Le troupeau entier se met alors démocratiquement en marche. 

Il existe une règle simple qui sous-tend la prise de décision collective chez de nombreux animaux sociaux : l’atteinte d’un quorum, un seuil qui varie selon la taille du groupe et le nombre de choix existants. Mais de nombreux autres paramètres complexifient l’équation. Ainsi, les « campagnes politiques » sont plus animées chez les espèces dont les individus discernent les relations de parenté, les liens affiliatifs ou les dominances existantes au sein du groupe. A l’instar des faiseurs d’opinions, certains individus, de par leur comportement ou leurs caractéristiques, vont avoir plus de poids que les autres lors des débats. Chez nombre d’espèces, comme les girafes, orques ou éléphants, ce sont les femelles âgées qui jouent ce rôle, du fait de leur connaissance de l’environnement ; la matriarche éléphante est souvent la seule à connaître les points d’eau non épuisés en période de sécheresse. Mais la personnalité des individus joue aussi, les plus audacieux initiant plus de déplacements que les autres.

Être un bon leader, c’est aussi écouter l’avis des autres, ont également relevé les éthologues. Chez les gorilles, si c’est majoritairement le mâle au dos argenté qui décide de partir, il prend en compte l’avis des femelles en écoutant leur grognement avant le départ. Un système despotique dans lequel les dominants seraient les seuls à décider de tout ne fonctionnerait pas.

Un chercheur du département d’écologie, physiologie et éthologie de l’université de Strasbourg, a ainsi montré qu’un groupe de macaques est moins stable avec un système dictatorial, certains individus ne parvenant pas à augmenter suffisamment leur masse corporelle pour assurer leur survie.

******

Mots clés : Elections … Bison futé …Gare au gorille ! … Sus aux macaques … Stop aux lemmings !

Commenter cet article

atao feal 26/10/2019 17:13

Ayant habité Saint-Cyprien jusqu'en 2017 et maintenant à 1000 kilomètres, c'est toujours avec plaisir que je lis vos articles. Malheureusement je vois que rien ne change, même les autorités ne font rien pour que cela change. J'en viendrai à dire que c'était moins pire avant. Bon courage pour la suite...

pugnace 26/10/2019 17:43

Merci de vos encouragements ... Nous en avons bien besoin ! Le mutisme des autorités ou leurs lenteurs sont effectivement scandaleux.